Protéger les grandes cultures contre leurs bioagresseurs
de manière bio-inspirée

Cearitis protège vos cultures

L’entreprise Cearitis propose une technologie innovante pour lutter contre des bioagresseurs du milieu agricole sans utilisation de pesticides. La stratégie de lutte repose sur deux principes : l’écologie chimique du bioagresseur et un système appelé « push-pull ».

L’écologie chimique est une science spécialisée dans l’étude des interactions entre les organismes et leur environnement physico-chimique. Ces interactions attractives ou répulsives, régissent entre autres le comportement ovipositeurs et insectes femelles. Cearitis intègre les médiateurs chimiques naturels dans un système répulsif (push) couplé à un piège fixe attractif (pull) pour lutter efficacement contre des insectes ravageurs de grandes cultures arboricoles et horticoles.

Notre premier objectif est de lutter contre la mouche de l'olive, Bactrocera Oleae, principal bioagresseur de l'olivier.

Le projet Athenolive

Cearitis se propose de lutter contre les bioagresseurs de manière éco-responsable et sans utilisation de produits chimiques.

Le projet Athenolive concrétise cette volonté et applique la technologie innovante de Cearitis pour lutter contre la mouche de l'olive, Bactrocera Oleae. La mouche de l’olive est le plus important des ravageurs de l’olivier. Sa localisation géographique ne se limite pas à notre territoire national mais s’étend sur tous les continents du globe. En pondant ses œufs dans les olives, Bactrocera Oleae altère les propriétés organoleptiques du fruit des oliviers et engendre entre 5 et 30% de perte de récolte chaque année.

La mouche de l'olive, Bactrocera Oleae

Notre objectif

La stratégie de lutte de Cearitis utilise les mécanismes sensoriels présents entre la mouche de l’olive, Bactrocera Oleae et l’olivier pour les inverser et en faire un leurre efficace.

En effet, nous souhaiterions caractériser le comportement de ponte de la mouche de l'olive et savoir si ce dernier est influencé par les composés volatiles naturels. Pour cela, plusieurs pistes technologiques sont testées en laboratoire dont celle de l'écologie chimique.

Perspectives d'innovation

La piste de l’écologie chimique et l’utilisation des signaux sensoriels existant entre les insectes et les plantes, est une technologie qui peut être appliquée à de nombreux ravageurs pour les neutraliser. En effet, la mouche de la pomme Rhagoletis pomonella s’attaque spécifiquement aux pommiers. Elle engendre de lourdes pertes économiques et comme pour la mouche de l’olive, son éradication demande des traitements phytosanitaires. Pour contrer l’utilisation de pesticides et insecticides sur nos pommes, la technologie Athenolive pourrait s’appliquer sur la pomme à conditions d’identifier les composés volatiles spécifiques.

Où en sommes-nous ?

Actuellement, l'équipe de Cearitis travaille activement la preuve de concept en laboratoire. Plusieurs pistes technologiques sont explorées et nous espérons pouvoir réaliser des essais terrains prochainement.

Nous contacter

Marion Canale
Email : [email protected]